mardi 25 août 2009

INGLORIOUS FILLETTES



La dernière fois que je vous ai parlé d'un film, je vous avais confié à quel point je suis mal à l'aise avec la critique. Et pourtant... Après visionnage d'Inglorious Basterds, je vais faire quelques efforts parce que pendant deux heures et demie, je me suis demandé comment j'allais bien pouvoir vous expliquer que ce film est tout bonnement dingue! Dingue dans le sens tarantinesque du terme. Dingue dans le mauvais goût-bordeline et les répliques qui font BAM!


Je passe sur le débat concernant la "justesse" historique. Mais pensez un peu à tous ces westerns-spaghettis invraisemblables; c'est exactement ce que Quentin Tarantino a voulu faire. C'est du cinéma! De toute façon la vraie pépite du film, ce n'est pas le sujet, c'est son scénario et son casting. Ok, ça fait deux pépites!

Tout le monde va vous parler de Brad Pitt et c'est vrai qu'il peut être tordant avec son accent tout droit sorti de Maynardville, Tennessee et nous faire vite oublier le Benjamin Button mielleux qu'il a pû être. On va vous rabacher les oreilles aussi avec Christoph Waltz, au passage prix d'interprétation à Cannes, qui nous glace le sang pendant tout le film tellement il en impose en trilingue despotique. Mais celui dont on parle le moins, à tort, c'est Michael Fassbender, en bien meilleur forme que dans The Hunger son dernier film. Avec son port altier et son accent so british, il est irresistible les filles!


Mais la cerise sur le gâteau, celle qui dans sa longue robe rouge va vous marquer c'est Mélanie Laurent. Déja parce qu'après elle, vous ne mettrez plus jamais votre blush comme avant. Et aussi parce que, non seulement elle a réussi à imposer sa présence de Frenchie dans une grosse production hollywoodienne mais surtout parce que, et là c'est une mention spéciale, elle a réussi à caser dans le film son infatigable chignon mou latéral, et là je dis bravo, j'applaudis cette audace capillaire. Si si, regardez bien dans Je vais bien... et ses autres films, vous verrez la marque de fabrique.

Plus sérieusement, ça me fait un peu mal de l'avouer, mais elle joue bien Mélanie. Surtout quand elle mange du strudel! Je l'avoue, je suis allée voir ce film en me disant qu'elle allait m'agacer une fois de plus et j'ai dû l'admettre: Mélanie, sous sa voilette, elle en jette!




C'était de toute façon inévitable. En y repensant, Quentin Tarantino a vraiment un truc avec les actrices, et pas qu'avec leurs pieds! Il est comme ça, il révèle une Uma Thurman inconnue dans Pulp fiction, il ranime la foxy Pam Grier dans Jackie Brown et personnellement il m'a toute chamboulée avec le lap-dance de Vanessa Ferlito dans Boulevard de la Mort.

Et bien l'autre soir, Quentin il m'a fait aimer un petit peu Mélanie Laurent et il a réveillé Diane Kruger dans mon souvenir (oui parce que je la vois tous les mois dans Glamour mais je sais plus dans quel bon film je l'ai vue récemment...oups!)




Sur ce, Arrivederci,


Leslie

3 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai comme toi redécouvert agréablement Diane Kruger...

Par contre, autant j'avais trouvé Mélanie Laurent bluffante dans "Je vais bien ne t'en fais pas", autant là franchement j'la trouve super moyenne et physiquement fade...

Pauline

CHEVEUXLONG MACARONS a dit…

Un jeux d'acteur étonnant :)

Cyanure a dit…

Hum perso, j'ai adoré la prestation d'Eli Roth.
Et Mélanie Laurent... Je reste mitigée ! J'ai trouvé que les scènes avec son amoureux étaient assez pathétiques tant elles étaient mal jouées ! J'aurais préféré Léa Seydoux pour ce rôle (même si on la voit un tout petit peu au début du film). Elle a "plus de gueule".
Très bon film toutefois, mais ça reste le moins bon film de Tarantino. Je trouve que les personnages ne sont pas tous super travaillés, il n'y a pas une B.O culte comme dans ses autres films, bref il manque qqch !